Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 20:32
La France commence enfin à bouger. Si nous vivons dans le pays par excellence de l’aliment plaisir, bien manger n’impose pas de manger quantitativement ou en ignorant la composition exacte de nos aliments… Les campagnes de prévention menées jusqu’alors avaient montré leurs limites, nous avions évoqué ici une étude sur les messages de prévention manger-bouger.fr, mais l’INPES lance une campagne de communication décalée, pertinente au ton humoristique cet automne
 


L’alimentation et les modes de vie ont évolué : on pratique moins d’activités physiques, les repas se restructurent dans leur forme et dans la journée, les apports nutritionnels sont totalement différents de ceux que nous avions voici une génération… tout cela, nous le savons, nous le constatons au quotidien… Toujours est-il que les messages des différentes autorités sanitaires, nutritionnelles, restaient souvent lettre morte. On sait… On sait mais on n’agit pas par manque d’envie, parce que devenir obèse ne peut pas nous arriver, voire parce que nous sommes parfois irresponsables avec notre santé … 

Dans ce contexte très délicat en matière de prévention sanitaire et alors que la pandémie d’obésité s’accroît chaque jour davantage, à l’heure où les simples soins ne sont plus suffisants, il est essentiel de lancer des campagnes de prévention d’envergure. Changer les mentalités, faire évoluer les comportements alimentaires et les modes de vie devient absolument essentiel… Le ministère de la Santé et des sports et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) lancent donc une nouvelle campagne de communication pour aider les Français à limiter leur consommation de graisses, sel et sucres, et ce, dans le cadre du PNNS 2

Gras, Sel, Sucres : la nutrition au cœur des enjeux

Les enjeux atteints une notoriété sans précédent : 
Les Français mangent trop gras. L’apport moyen de lipides recommandé pour un adulte est de 30 à 35 % des apports énergétiques totaux (AET). Chez les Français de 18 à 79 ans, il est au dessus de ce chiffre (39 %). Depuis 1999, cet apport reste stable mais… mais 33 % des adultes et 23 % des enfants en consomment beaucoup trop (40 % de leurs AET sont apportés par des lipides).
 
La consommation moyenne de sel était de 9 à 10 grammes par personne et par jour à la fin des années 90. Dès 2002, l’Afssa préconise de réduire l’apport en sel et un objectif de 8 grammes par jour a été fixé dans la Loi de santé publique de 2004. Aujourd’hui, 46 % des adultes et 23 % des enfants en font encore une trop forte consommation : plus de 8 grammes par jour.
 
De plus, Selon l’étude ENNS,  la consommation en glucides simples demeure trop élevée (supérieure à 12,5 % des AET) chez 26 % des adultes et 55 % des enfants. Aussi, depuis 1999, le niveau de consommation de glucides simples chez les femmes s’est accru de 5,8 %.
 
La campagne de communication de l’INPES entend donc apporter des éléments de réponse à ces trois constats dans trois spots télévisés depuis le 2 novembre 2009. Les concepteurs des spots y ont mis en scène des contextes de consommation surprenants pour illustrer le fait que le gras, le sel et le sucre ne sont pas toujours là où on le pense. Si vous n'avez pas vu les vidéos, retrouvez-les ici ou ici.
 
Saler un œuf coque avec des céréales du petit-déjeuner paraît pour le moins absurde… pourtant, la réalité nutritionnelle est là ! On ne s’attend pas à trouver du sel dans un aliment prétendument sucré.

MADAM vous aidera au quotidien

Puisque les aliments que nous consommons recèlent des « anti-trésors » cachés et au final des mauvaises surprises, un module de comparaison des aliments a été mis en ligne en même temps que fut lancée la campagne de l’INPES sur www.mangerbouger.fr .
 
Son objectif principal : aider la population à choisir ses aliments selon leur teneur en gras, en sel ou en sucre. La « Machine À Décoder les Aliments Mystérieux » (MADAM)  fournit des informations sur un grand nombre de familles de produits (céréales, fromages, plats cuisinés…). De plus, il fournit une mine de renseignements sur les teneurs en lipides, en sel et en sucres. 

Ces repères, couplés à la campagne presse et télé, peuvent aider les français à retrouver des repères nutritionnels pertinents. Evidemment, il faut ici faire confiance à nos concitoyens pour qu’ils consultent ce site, cet outil essentiel à l’heure où les étiquettes des produits alimentaires que nous consommons chaque jour sont tout sauf claires. Un effort supplémentaire de clarté sera d’ailleurs demandé à l’industrie agro-alimentaire allant dans le sens d’une plus grande transparence quant à la composition nutritionnelle de nos aliments.

Pertinent ou pas ?

Sans prétendre apporter les réponses à tous nos problèmes de santé liés à notre alimentation, ces spots ont au moins un mérite : mettre à bas des idées reçues sur notre quotidien alimentaire.
 
Sucrer son café avec du Ketchup, faire cuire des pommes de terre dans une délicieuse barre chocolatée, sont des situations confinant certes à l’absurde en matière de cuisine, de goût, mais elles montrent, il était temps, à quel point les aliments sont modifiés, dénaturés même, dans notre alimentation. Personne ne penserait à faire cela… A tout le moins faut-il l’espérer… Cependant, mettre les français face à ces situations un tantinet ubuesques permet d’identifier la vraie nature de ce que nous mangeons. 
 
Ces spots amènent à l’évidence à farfouiller dans une cuisine, dans les placards, pour constater qu’au-delà de la question du goût, nous ne savons pas réellement ce que nous apportons à notre organisme. Cette question est pourtant essentielle.

Ce sera donc à chacun de suivre les indications de Madam… de modifier ses habitudes alimentaires, sanitaires, nutritionnelles, et nous ne nous verrons pas manger des moules marinières aux corn-flakes ou des huîtres au milky-way. 
 
Noël approche… il est temps de constituer les menus. 


Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane Favereaux - dans ACTION
commenter cet article

commentaires

FUSCIEN-TRASAN Bruno 07/12/2009 13:30


Effectivement souvent les campagnes publicitaires liées à la nutrition, sont souvent très "moralistes". Un côté décalé permet bien souvent attirer l'attention des gens non réceptifs ou "blasés" en
les faisant sourire. C'est une très bonne chose de rentre "cool" en démocratisant des sujets importants afin de gagner dans ce combat très complexe qu'est alimentation en France.


  • : OBOBS : Observatoire de l'Obésité
  • OBOBS : Observatoire de l'Obésité
  • : Agir et réfléchir ensemble pour lutter contre l'épidémie d'obésité générale et d'obésité infantile au travers d'un comité de pilotage multidisciplinaire, associations de patients obèses comprises
  • Contact

Découvrez le Cirque des Légumes !

 

Rechercher

PARTENAIRES

 

modele banniere juste poids

dynafi.png

Dynafi s'engage auprès de l'ObObs 

 avec "Le Juste Poids"

 

european_obesity_day.png

L'ObObs, partenaire de

la Journée Européenne de lutte contre l'Obésité

 

FFCA.jpg

La Fédération Française de Cuisine Amateur est partenaire de l'Observatoire de l'Obésité (ObObs) pour la mise en place de l'opération le "Cirque des Légumes", sous le patronage de  la Mairie de Paris.

 

Liste D'articles

http://img.clubic.com/00C0000001559948-photo-logo-youtube.jpg