Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 13:40

par le Dr Pierre AZAM

nullLe 24 septembre l’Obobs reprenait un article publié par Bloomberg le même jour concernant le fait que 124 050 cancers en Europe seraient dus à l’Obésité.

Cette nouvelle affolante est issue d’un travail mené par l’équipe du Dr Renehan de l’Université de Manchester.


Le modèle qui a permis d’obtenir ces chiffres est basé sur des données fournies par l’OMS et l’International Agency for Research on Cancer : partis des données complètes connues de l’année 2002 pour 30 pays européens, sur les 2,2 millions de nouveaux cancers 70 000 étaient attribuables, cette année-là, à l’obésité.


En extrapolant pour l’année 2008 – tout en tenant compte de facteurs nouveaux tels que la baisse d’utilisation des traitements hormonaux substitutifs (THS), l’arrêt du tabac, ou l’usage du PSA pour la recherche du cancer prostatique, l’étude énonce froidement les chiffres pour 2008 :

- 33 421 cancers de l’endomètre chez les femmes
- 27 770 cancers du sein post-ménopausique
- 23 730 cancers colorectaux
 
Ces trois cancers représentant 65% des cancers attribuables à l’obésité.

Le risque de cancer lié à l’obésité à augmenté de 77% depuis 2002.

Le Quotidien du Médecin reprend cette nouvelle épouvantable en page 6 le lundi 28 septembre dans la même colonne que la chirurgie du canal carpien ou la capacité d’apprendre lorsque l’on est dans le coma.

Pas de « Une » , pas de gros titres , juste une simple brève. On est dans le même ordre de grandeur que les résultats de la Boxe Thaï par rapport au Football dans le journal l’Equipe : négligeable !

La grippe H1N1 elle fait les gros titres quasiment tous les jours.

Alors que cette nouvelle devrait être relayée dans les grands médias nationaux, la nouvelle reste confinée dans les pages intérieures d’un journal qui pourtant est l’organe principal de la communauté médicale. Est-ce par cynisme ou manque de lucidité sur l’ampleur du phénomène évoqué, que ce très respectable journal et son équipe de rédaction comme plus largement les médias nationaux n’ont pas donné plus d’impact et voulu frapper fort les consciences (au moins celles du corps médical) sur un sujet dramatique qui est une vraie épidémie voir pandémie ?

Imaginez : un stade de football plus grand que le parc des Princes rempli par les femmes touchées en Europe par un nouveau cancer lié à l’obésité en 2008, un club de quelques 60 000 membres.

Il est symptomatique de voir que notre société et notre environnement médiatique donnent  l’impression que l’obésité est un phénomène banal et intégré à la vie de notre société. Alors que tous sont persuadés d’avoir conscience du phénomène, ils ne se sont pas habitués à le positionner de façon majeure.
 
C’est  un comportement peu lucide, voir peu responsable pour des médias et un corps social tout entier, alors qu’aujourd’hui  l’HAS ( Haute Autorité de Santé) a décrété la lutte contre l’obésité cause prioritaire, que les USA se préparent a massivement investir dans la lutte contre un fléau qui leur a coûté 147 milliards de dollars en 2008 et que le Président de la République, Nicolas Sarkozy, monte en première ligne pour étudier tout moyens de prévenir  l’obésité et de lutter contre ses effets en France. Il a nommé une commission quelques jours après le sommet du G20 de Pittsburgh et qui devra rendre ses conclusions avant la fin de l’année.

L’Obobs a un grand rôle à jouer en étant partenaire, plateforme d’information, aiguillon pour les médisa, mais également l’ensemble des intervenants de notre société  qui ont un poids potentiel et réel sur la lutte contre l’obésité.

Notre tâche est ambitieuse, mais le sujet en vaut la peine. 

Mots-clés : cancer - Obobs - obésité - médias
  société - HAS - cause prioritaire    

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr Pierre Azam - dans ACTION
commenter cet article

commentaires

daniel Séréni 26/10/2009 14:06


Pierre Azam met l'accent sur un élément clé de communication: la sévérité du pronostic de l'obésité morbide. Que l'obésité tue qui peut le contester? Mais le dit -on assez dans les médias? Il est
des vérités qui ne paraissent pas faciles à dire; certains semblent trouver excessif d'être aussi direct. Cela a pourtant été fait pour le tabac, ou pour la vitesse en voiture. Je me pose donc la
question des barrières à ce type de communication "percutente".Je vois une similitude avec les difficultés de communicarion sur les dangers de l'alccol. Il faut clarifier les choses. Tout un chacun
a le droit d'aimer manger et même d'être gastronome, tout comme il n'est pas condamnable de'apprécier en petite quantité une boisson acoolisée. Il n'empèche que nul ne n'oserait contester les
conséquences tragiques de l'alcoolisme. Le mot " alccolisme" porte toute la signification d'un état morbide et dangereux en lui-même. C'est peut-être ce qui manque au terme "obésité" qui pour une
grande part du public ne correspond peut-être qu'à un "excès" ou à une "difficulté" de nature surtout ésthétique. La communication opérée par les professionnels de santé se doit d'être sans
ambiguité à cet égard: l'obésité est bel et bien un fléau.
Daniel Séréni


  • : OBOBS : Observatoire de l'Obésité
  • OBOBS : Observatoire de l'Obésité
  • : Agir et réfléchir ensemble pour lutter contre l'épidémie d'obésité générale et d'obésité infantile au travers d'un comité de pilotage multidisciplinaire, associations de patients obèses comprises
  • Contact

Découvrez le Cirque des Légumes !

 

Rechercher

PARTENAIRES

 

modele banniere juste poids

dynafi.png

Dynafi s'engage auprès de l'ObObs 

 avec "Le Juste Poids"

 

european_obesity_day.png

L'ObObs, partenaire de

la Journée Européenne de lutte contre l'Obésité

 

FFCA.jpg

La Fédération Française de Cuisine Amateur est partenaire de l'Observatoire de l'Obésité (ObObs) pour la mise en place de l'opération le "Cirque des Légumes", sous le patronage de  la Mairie de Paris.

 

Liste D'articles

http://img.clubic.com/00C0000001559948-photo-logo-youtube.jpg