Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 10:58

Si l’Obobs prend souvent position pour des initiatives pertinentes visant à lutter contre l’obésité, il est malgré tout des situations où dénoncer des faits tant soit peu hypocrites participe également de notre engagement moral auprès de malades comptant sur une information réellement adaptée aux soins, aux conseils dont ils ont besoin. Dernièrement, PepsiCo annonçait les nouvelles mesures de sa politique mondiale visant à supprimer à long terme (2012) ses boissons les plus sucrées des écoles.

 

Le principe est pertinent, si ce n’est que les plans de lutte contre l’obésité visaient déjà à supprimer les distributeurs de boissons sucrées des écoles et collèges… Cette mesure prise donc par PepsiCo, heureusement ou malheureusement, est relayée par la Fédération Mondiale du Cœur, fondation reconnue par l’OMS comme l’un partenaire essentiel dans la lutte contre les maladies cardio-vasculaires par l’American Heart Association et la Fondation Clinton !

 

Et l’on évoque à nouveau les collusions contre-nature entre l’industrie agro-alimentaire alimentant depuis des décennies l’augmentation galopante de l’épidémie mondiale d’obésité. Il faut en effet savoir que les soft-drinks et autres boissons sucrées, produits plaisir par excellence se substituant parfois et malheureusement à l’eau, représentent aujourd’hui plus de 10 % des apports caloriques et les sucres contenus dans ces boissons augmentent le taux de graisses.

 

Considérés ces informations délétères pour leurs produits, le groupe PepsiCo joue de cet effet d’annonce. Or, il ne faut pas s’y tromper cette mesure visant à ne plus vendre de boissons sucrées dans les écoles ne prendra effet qu’à l’orée de 2012.  Ne seront alors vendues que des boissons à faible teneur calorique, de l’eau, des jus de fruit.

 

Le Groupe PepsiCo, par la voix de son président, dans un communiqué, précise : «Nous parrainons des programmes en liaison avec les autorités scolaires dans de nombreux pays. Des initiatives qui comprennent la qualité de la restauration scolaire, le développement de l'éducation et de l'éducation nutritionnelle. Cette politique globale constitue un élément important de notre stratégie ; nous élargirons d’ailleurs notre offre de boissons à faible teneur en calories ».

 

Fort bien. Mais pourquoi avoir attendu que les dégâts sanitaires se soient mis en place cependant que l’information sur la consommation par les populations les plus jeunes était connue de longue date ? Pourquoi, en France et dans l’ensemble des pays européens, attendre 2012 ? Le remplacement des boissons dans les distributeurs se fait a minima une fois par semaine dans les écoles, collèges ou lycées !

 

Mais, plus gênant encore, cette mesure, alors même qu’elle n’est pas effective, trouve le soutien inattendu de la Fédération Mondiale du Cœur. Il faut noter la légère hypocrisie d’un tel partenariat. Pekka Puska, président de la Fédération Mondiale du Cœur explicite le positionnement de la Fondation : «La Fédération Mondiale du Cœur est à l’origine de discussions avec l'industrie pour développer une telle politique [ndla : la suppression des boissons trop caloriques dans les milieux scolaires] au niveau mondial et se réjouit que PepsiCo soit le premier industriel des boissons à prendre le premier, cette initiative ».

 

Cette position est pour le moins ambiguë. Cependant, il faut tout de même souligner l'obligation morale dans laquelle se trouvent les industriels. La situation sociale et sanitaire est telle que PesiCo (qui au demeurant a permis la commercialisation de la Stévia) les pousse à agir dans une meilleure direction qu'auparavant. L’amélioration de la qualité des produits et l’arrêt de la diffusion sur les cibles sensibles sont des mesures intéressantes mais… faut-il malheureusement le répéter, si PepsiCo, à l’instar de McCain, s’allie à des fondations à vocation médicale, c’est d’abord une question d’image auprès du public. Ce type de mesure tend parfois à déculpabiliser l’industriel et à donner au public une image globalisante souvent faussée des gammes de produits vendus. En ne communiquant sous forme d’effet d’annonce que sur quelques produits, le consommateur lambda peut tout assimiler à ces prétentions agro-alimentaires sanitaires. Le light-food washing continue allègrement.

 

L’information produit s’avère plus que jamais nécessaire cependant que les positions des Fondations médicales se doivent d’être claires. Les industries agro-alimentaires ne peuvent pas être de simples pourvoyeurs de fonds, ou des partenaires, aux dépens de la réalité médicale.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane Favereaux - dans PREVENTION
commenter cet article

commentaires

  • : OBOBS : Observatoire de l'Obésité
  • OBOBS : Observatoire de l'Obésité
  • : Agir et réfléchir ensemble pour lutter contre l'épidémie d'obésité générale et d'obésité infantile au travers d'un comité de pilotage multidisciplinaire, associations de patients obèses comprises
  • Contact

Découvrez le Cirque des Légumes !

 

Rechercher

PARTENAIRES

 

modele banniere juste poids

dynafi.png

Dynafi s'engage auprès de l'ObObs 

 avec "Le Juste Poids"

 

european_obesity_day.png

L'ObObs, partenaire de

la Journée Européenne de lutte contre l'Obésité

 

FFCA.jpg

La Fédération Française de Cuisine Amateur est partenaire de l'Observatoire de l'Obésité (ObObs) pour la mise en place de l'opération le "Cirque des Légumes", sous le patronage de  la Mairie de Paris.

 

Liste D'articles

http://img.clubic.com/00C0000001559948-photo-logo-youtube.jpg