Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 15:00

4420511963_4c43c75506.jpgAprès l'intervention remarquée de Karl Lagarfeld l'année dernière, Jean-Paul Gaultier a choisi d'inviter Beth Dito à défiler pour lui cette année dans le cadre de la Fashion Week. Cette artiste décidemment  hors norme a également été à Londres pour  le lancement de sa collection.

Jean-Paul Gaultier a choisi de surprendre de plusieurs façons cette année en proposant un défilé 3D, dans l'air du temps certes, mais également en faisant défiler des mannequins de toutes les tailles, du XXS au XXL : "J'ai utilisé des mannequins qui étaient rondes, de différentes morphologies, et Beth Ditto évidemment", a déclaré le créateur en coulisses, avant d'ajouter : "Ce qui compte c'est la personnalité, il n'existe pas qu'une forme de beauté stéréotypée (... ) A l'époque ou j'ai commencé les blondes suédoises étaient très à la mode, elles peuvent être très jolies mais elles correspondent trop au stéréotype du mannequin." Et il a aussi insisté sur les rondeurs de Beth que "non seulement elle assume, mais qu'elle fait vivre merveilleusement" ! Pour lui,  la norme est une notion qui nuit radicalement à la création.

 

Apparemment cette année il n'aura pas été le seul à le penser comme l'a très bien souligné le site ma-grande-taille.com dans son article : "Fashion Week de Paris : célébration de la diversité des corps".

 

Il faut se réjouir de cette évolution et espérer que cette tendance s'accentuera afin de rééquilibrer des images du corps souvent déformées par une fantasmagorie poussée à outrance.

 

Pour aller dans ce sens, l'actrice Terri Hatcher (Desperate Housewives) n'a pas hésité à se montrer au naturel du réveil au coucher pour montrer qu'elle était comme toutes les femmes sans maquillage...

 

teri_hatcher.JPG

cliquer sur l'image pour voir la vidéo

(sur le site d'Oprah)

 


DOCUMENTATION

 

Article en Français sur l'émission d'Oprah avec Teri Hatcher

Interview de Teri Hatcher en Anglais sur le site d'Oprah

 

 

 


 


 

 

 

DOCUMENTATION

Les stars obèses rendent-elles l’obésité normale ?

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by T.A - dans ACTION
commenter cet article
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 15:11

Une nouvelle campagne de communication pour lutter contre l’obésité infantile est sortie très récemment en Australie.

 

La vidéo se veut choquante, le message est clair et la cible bien définie : les parents.

 


   

Des images "choc", bien plus que la vidéo Consequences, peut-être parce qu’un enfant est mis en scène et est la victime de cette "junk food".

 

L’agence derrière cette publicité institutionnelle est The Precinct Studios. Elle explique que ce programme a pour but d’attirer l’attention sur l’épidémie d’obésité infantile qui sévit aussi en Australie.

 

Délibérément élaborée pour être controversée voire douteuse, cette campagne cible directement les parents qui continuent de nourrir leurs enfants avec de la malbouffe malgré ses effets désastreux et pourtant bien connus sur la santé.

 

En comparant la malbouffe à de la drogue, la vidéo veut interpeller les parents pour qu’ils réfléchissent à ce qu’ils font et se rappellent que la junk food est l’une des principales causes de l’obésité infantile qui est directement associée à diverses maladies chroniques.

 

mumdontsupersizeEt l’objectif est atteint ! Enfin… l’objectif de faire parler de cette vidéo qui devient dès lors en effet très controversée, douteuse pour les uns, horrible pour les autres mais aussi très bien vu pour certains.

 

Comparer la nourriture à de la drogue ! De mauvais goût pour beaucoup, et pourtant… Les scientifiques sont de plus en plus enclins à considérer la malbouffe comme de la drogue. De la drogue dure car ses effets de dépendance sur le cerveau sont comparables.

 

Des études et récemment un article publié dans New Scientist montre que la malbouffe entraîne des comportements physiologiques semblables aux drogués "Il y a maintenant des preuves convaincantes que les aliments riches en sucre, en graisses et en sel, peuvent modifier la chimie de votre cerveau d'une manière proche de celles de drogues hautement addictives comme la cocaïne et l'héroïne".

 

Alors, en bien ou en mal, l’intérêt est vraiment que l’on parle de cette publicité, oui. Cela ouvre et permet la discussion. Et même s’il faut relativiser le message, une prise de conscience peut être prise. Alors plutôt que d’aller chaque jour ou presque manger dans un fast-food, peut-être que la cadence baissera.

 

Et peut-être que suite aux diverses discussions autour - où tout le monde sait toujours comment cela marche, ce qu’il faut faire ou non - la prise de conscience s’élèvera, la junk food diminuera, les sorties augmenteront pour une activité physique plus régulière…

 

Repost 0
Published by Isabelle Hache - dans ACTION
commenter cet article
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 07:21

None.jpg

Des pommes, des poires sur le parking des Buffalo Grill, l‘initiative est notable. Elle touche les consommateurs là où ils se trouvent, sur les parkings d'une chaine de restaurants où il est probable qu’on ne fasse guère attention à l‘équilibre alimentaire. Un homme, pourtant, milite pour une meilleure façon de consommer : Pierre Priolet.

 

Aujourd’hui, en nutrition, l’idée, l’information visant à faire consommer des fruits et légumes à touché sa cible, une très grande partie de la population s’avère sensibilisée. Ce qui demeure délicat : faire passer les gens à l’acte.

 

Plusieurs arguments contre sont évoqués par les non-consommateurs de fruits et légumes, les deux principaux étant le prix et le mauvais goût trop souvent constaté. En tant que consommateurs on ne peut pas vraiment leur donner tort. Il faut savoir qu’aujourd’hui un kilo de poires acheté 17 centimes d’€ à un producteur est vendu couramment au moins 2 € par les marchands de primeurs ou dans les grandes surfaces.

Ces écarts de prix sont insupportables au propre comme au figuré. De pareils prix ne s’adressent qu’à des gens ayant un certain niveau de vie ou un parti pris de bons comportements alimentaires. Ils sont insupportables également sur le plan moral, éthique et politique, dans un cadre de lutte contre l’obésité et les mauvaises habitudes alimentaires.

 

La volonté d’agir

 

Contre ces pratiques et l’aberration du système, une voix tonitruante s’exprime et agit avec une vraie volonté de faire bouger les choses. Il s’agit de Pierre Priolet, fondateur du site consommer-juste.fr. Le slogan du site est à l’image de l’objectif de son fondateur : « consommer juste et non pas juste consommer ».

Pierre Priolet souhaite créer un réseau de points de distribution basé sur la notion de juste prix. Pour cela, il appelle de ses vœux le rétablissement d’une relation juste entre le consommateur et le producteur, quel qu’il soit. Il souhaite également permettre à chacun dans tous ses actes d’achat de pouvoir connaître objectivement les conséquences de cet achat. Il veut également donner accès à des denrées alimentaires au plus grand nombre, notamment à ceux qui n’y ont pas accès aujourd’hui.

Le crédo de Pierre  Priolet : faire comprendre à tous que le prétendu bas prix de la pensée unique n’est pas toujours chez ceux qui en parlent le plus (la grande distribution).

Ce militant du « consommer juste » veut amener à comprendre que le « pas cher » publicitaire, rime intimement avec chômage et exclusion des producteurs, disparition d’exploitations agricoles et désertification de nos campagnes.

 

Une consommation militante en action

 

Cet homme connaît parfaitement cette problématique intégrant les producteurs, les centrales d’achat des supermarchés et enfin les grandes enseignes de distribution : agriculteur depuis 1990, ex PDG d’une société d’import-export de fruits et légumes jusqu’en 2005, et ce, en étant passé par toutes les étapes de cette filière, quand il énonce un fait, il est crédible.

De plus, son talent de persuasion est tel qu’il a entraîné une enseigne, Buffalo Grill, dans son combat en faisant installer sur les aires de parking de leurs restaurants des stands de vente de fruits et légumes au juste prix, la vente étant faite par des producteurs locaux. Il est allé plus loin en obtenant de la part de ces restaurants d’augmenter leur part de viande française proposée en carte.

Cette entreprise assume, de fait, et assure son rôle citoyen.  Elle donne une forme d’exemplarité que beaucoup de chaine de restaurants ou de distributeurs devraient suivre.

Bien entendu Pierre Priolet peut être perçu comme un  Don Quichotte dont la Rossinante semble être la vente directe, le commerce équitable ou les  paniers de légumes « surprises » proposés sur  internet. Mais il va bien plus loin que ce simple constat réducteur.

Il est militant, acteur et porte-parole d’un mouvement citoyen que les décideurs et hommes politiques se refusent pour l’instant d’entendre car s’investir sur ce dossier signifierait remettre en cause le système de distribution des fruits et légumes et plus largement des produits agricoles, de la surproduction, voire au-delà de la PAC (Politique Agricole Commune), et ce courage politique semble difficile à motiver et fait pour le moment totalement défaut.

Pourtant les agriculteurs sont de « bons » électeurs et l’économie verte, tout le monde le dit, est une richesse pour la France.

Pourtant le PNNS (Programme National Nutrition et Santé) prône de consommer au moins 5 fruits et légumes par jour.

Quoi qu’il en soit, l’Obobs  soutient pleinement l’action du « soldat » Pierre Priolet expliquant sa façon d’agir et le concept du consommer juste dans une interview pertinente.

 

 


 D’autres documents explicitant la démarche de Pierre Priolet :

 

http://www.ozap.com/actu/zapping-agriculteur-pierre-priolet-canal-ardisson/326436

 

Interview de Pierre Priolet : http://www.laterre.fr/article.php3?id_article=712

 

Le site de Buffalo Grill http://www.buffalo-grill.fr/en-ce-moment/consommer-juste

 

-----------------

Illustration : CC http://picasaweb.google.com/lh/photo/QLFtskXr_Zb0iLRjyzlzzQ

Repost 0
Published by Pierre AZAM - dans ACTION
commenter cet article
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 12:57

4975318276_4a1a3255cc.jpgPlusieurs études avaient déjà été faites sur l'impact de la vitamine D sur nos organismes et l'implication de carences dans les populations en surpoids (et notamment celle du Dr Sibley Shalimar de l'Université du Minessota aux Etats-Unis).

Une étude menée pendant 2 ans sur un panel de 300 personnes en surpoids, âgés de 45 à 60 ans leur a fait testé plusieurs types de régimes. Le bilan a montré que quel que soit le régime suivi, c'était la quantité de produits laitiers absorbés qui avait constitué la grande différence dans la perte de poids, jusqu'à presque le double (6kg contre 3,5 kg).

 

 “le fait que les personnes en surpoids aient moins de vitamine D dans le sang n’est pas nouveau, mais il s’agit de la première étude qui montre qu’en fait la vitamine D sérique augmente chez les personnes qui ont perdu du poids. Ce résultat a duré pendant les 2 années de l’étude, peu importe si la personne a suivi le régime pauvre en matières grasses, pauvre en glucides ou méditerranéen”.

Dr Danit Shahar, maître de conférences senior du Centre pour la Santé et la Nutrition de l’Université Ben Gourion, a mené cette étude (financée par le gouvernement israélien)

 

Mots-clés : produits laitiers - maigrir - étude - vitamine D
  carence - surpoids        

 


DOCUMENTATION

Articles en ligne en Français ici et ici

Abstract sur le site The American Journal of Clinical Nutrition [en Anglais]

Article sur l'impact de la vitamine D sur la perte de poids [en Anglais]

 

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 08:34

logomdoc.jpg

Pour améliorer encore l’information sur les problématiques sanitaires relatives à l’obésité, la Maison du Diabète, Obésité et risque Cardiovasculaire Paris Rive Gauche propose aux diabétiques et aux obèses un accueil, un conseil, une écoute, dans le cadre de leur pathologie et des complications pouvant survenir.

S’adressant tout autant aux obèses qu’aux diabétiques insulinodépendants ou non-insulinodépendants, ce point d’accueil n’est pas un lieu de soins ou de prise en charge par des équipes médicales. Jacqueline Fillias, la coordinatrice propose un réel travail de prévention mais aussi des actions pour améliorer la qualité de vie des malades.

Diététique, podologie, sensibilisation au sport, sophrologie, etc., ces ateliers permettent de mieux vivre au quotidien l’obésité et/ou le diabète. Vivre mieux sa maladie, l’accepter comme telle, savoir adapter son rythme de vie, son alimentation, s’avère absolument essentiel pour retrouver un réel équilibre.

Lorsqu’un patient arrive, une infirmière le prend en charge et dès lors, un bilan de l’avancée de la maladie est établi. Des  conseils préventifs visant à éviter toutes complications lui seront également donnés. Médicale, cette rencontre est aussi humaine, elle prend en charge la personne dans sa  globalité avec ses problématiques personnelles notamment dans le cadre de la consultation diététique ou encore sophrologique.

Ce parcours permet ainsi aux malades de mieux assumer ces maladies parfois difficiles à vivre, à supporter, et de mieux accepter les efforts à faire au quotidien. La MDOC aide concrètement dans le sens souhaité par l’Observatoire de l’Obésité.

Un conseil diététique, psychologique, paramédical ou sportif dans le cadre d’une information, d’une prévention active, permet d’améliorer non seulement la qualité de vie des malades mais aussi d’accentuer la qualité de prise en charge.

Accessible à tout malade, la MDOC a parfaitement compris qu’il fallait agir au plus vite, accompagner les malades, mais surtout qu’il faut absolument coordonner l’ensemble des soins proposés. Exemple notable à suivre.

MDOC, 178 rue Vaugirard, 75015 Paris. 01.43.06.47.60

 

 

Repost 0
Published by SF - dans PREVENTION
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 14:16

Super_McDo.jpg« Publicité choc », « Efficacité américaine », « La vidéo du burger de la mort »… En France, le relais de cette vidéo atypique semble s’attarder sur l’attaque envers le géant de la restauration rapide. Les médecins américains de l’association PCRM auraient-ils trouvé LA publicité de santé publique avec un message efficace ?

 

Des médecins américains du Physicians Committee for Responsible Medicine – PCRM (Comité des Médecins pour une Médecine Responsable) ont réalisé un spot publicitaire sur les risques cardiovasculaires lié à la consommation régulière de fast-food et en particulier de l’alimentation, trop grasse et trop salée, de Mc Donald’s.

 

Vue par plus d’un demi million d’internautes en une semaine, la publicité a été diffusée vendredi soir sur une chaîne de télévision à Washington, emboîtant le pas à d’autres initiatives du corps médical pour alerter sur les risques de ce type d’alimentation. Une enquête réalisée par le PCRM montre que la ville a le plus grand nombre de fast-food au km2. L’interdiction d’ouverture de nouveaux restaurants de ce type, prônée par les médecins, pourrait être une étape cruciale dans la lutte contre cette épidémie, selon eux.

 

D’après le dernier rapport d’août 2010 des Centers for Disease Control and Prevention – CDC (Centres de prévention et de contrôle des maladies), le taux d’obésité ne cesse d’augmenter, les Américains continuent à grossir, avec un taux dépassant les 30% dans 9 Etats.  

 

obesite_triple.jpg


Consequences : Un spot pour une prise de conscience ?

 

Le film se déroule donc dans une morgue, où une femme sanglote devant le cadavre d'un quadragénaire obèse, qui tient un hamburger à moitié mangé dans sa main. Aux pieds du défunt se dessine la célèbre arche dorée de l'enseigne et apparaît le texte "C'était tout ce que j'aimais", en référence au slogan de Mc Donald's : "C'est tout ce que j'aime". En voix off nous pouvons entendre : "Un taux élevé de cholestérol, une pression artérielle élevée, des crises cardiaques. Ce soir, mangez végétarien".

 

Bien entendu, les réactions de Mc Donald’s ne se font pas attendre : «Cette publicité est scandaleuse, mensongère et injuste pour nos clients. Mac Donald’s fait confiance à ses clients pour tenir à distance cette propagande ahurissante, et effectuer des choix judicieux en matière d'alimentation et de mode de vie», estime Bridget Coffing, porte-parole de l’enseigne.

 

Mais ce sont surtout les réactions des internautes qu’il faut écouter. Comment le public perçoit-il cette publicité ? En bien ou en mal, les réactions sont souvent déstabilisantes.

 

Une campagne « choc » ?

Ce sont surtout les mots utilisés par les journalistes, reprenant les dépêches ou les intentions des médecins initiateurs. Les commentaires de ces billets sont plus révélateurs. Si nous n’avons pas la même culture, ces images sont loin d’être choquantes, ni même pour les adolescents voire les enfants. Les cadavres, aussi proprets, sont légion dans les séries.

 

Une injustice pour Mc Donald’s ?

Voici le message qui ressort le plus souvent. Pourquoi s’en prendre uniquement à Mc Donald’s ? Même si la réponse semble évidente, s’attaquer au leader ne doit pas se faire sans précaution pour toucher sa cible cliente. Les internautes se font donc ambassadeurs de la marque (à leur insu), assénant que personne n’oblige quiconque à « se goinfrer » de burgers, rejetant la responsabilité aux parents et revendiquant leur droit à l’écart. L’erreur a sans doute été de ne cibler qu’une enseigne.

 

Un message inadapté et confus

Qui peut bien prendre au sérieux ce spot télévisé en dehors d’un corps professionnel déjà bien au fait des méfaits de la malbouffe, des professionnels de la communication… de crise qui ne doivent pas trop s’inquiéter et… peut-être, faut-il l’espérer les parents ?

 

couch_potatoes.jpgOr, ce spot met en scène un adulte et, de ce fait, les parents se sentent moins concernés, les enfants ayant encore le temps de grandir et de se prendre en mains tout en s’appuyant sur l’adage qu’en grandissant… l’enfant s’affine.

 

Comme le dit si bien La Meuf, sur le blog C’est la Gêne : « personne n’est jamais tombé raide mort en mordant dans un burger ». Outre des images sans résonance, le seul message que l’on retient et qui semble devoir passer est : Mangez végétarien.

 

 

Confusion des genres, ce spot est-il pour lutter contre les maladies cardiovasculaires en soulevant le problème de la malbouffe et ses conséquences ou pour encourager le végétarisme ?

 

Si l’initiative mérite d’être saluée, aucun message ne peut malheureusement être réellement intégré. Le résultat de cette campagne ne risque-t-il pas d’être, finalement, en faveur de Mc Donald’s ?

 

Repost 0
Published by I.H. - dans ACTION
commenter cet article

  • : OBOBS : Observatoire de l'Obésité
  • OBOBS : Observatoire de l'Obésité
  • : Agir et réfléchir ensemble pour lutter contre l'épidémie d'obésité générale et d'obésité infantile au travers d'un comité de pilotage multidisciplinaire, associations de patients obèses comprises
  • Contact

Découvrez le Cirque des Légumes !

 

Rechercher

PARTENAIRES

 

modele banniere juste poids

dynafi.png

Dynafi s'engage auprès de l'ObObs 

 avec "Le Juste Poids"

 

european_obesity_day.png

L'ObObs, partenaire de

la Journée Européenne de lutte contre l'Obésité

 

FFCA.jpg

La Fédération Française de Cuisine Amateur est partenaire de l'Observatoire de l'Obésité (ObObs) pour la mise en place de l'opération le "Cirque des Légumes", sous le patronage de  la Mairie de Paris.

 

Liste D'articles

http://img.clubic.com/00C0000001559948-photo-logo-youtube.jpg